Le handicap invisible, comment vivre avec la polypose nasale ?

Les maladies les plus dangereuses ne sont souvent pas celles qui se manifestent très vite. Celles qui sont asymptomatiques sont des tueuses silencieuses. C’est le cas de la polypose nasale dont les patients ne se rendent compte qu’à une étape très avancée. Il est pourtant possible de vivre avec ce mal en réduisant ses impacts négatifs sur sa vie quotidienne.

L’amélioration des symptômes de la polypose

La situation n’est pas pareille chez tous les patients. Certains s’en sortent mieux que d’autres. Des simples lavages quotidiens jusqu’à une intervention chirurgicale, chaque patient a son histoire. Cette situation se justifie par le fait que le diagnostic du mal n’est souvent pas spontané. De la première consultation à l’intervention du spécialiste, le temps est long et malheureusement occasionne des complications.

Très souvent, on commence par l’utilisation du sérum pour laver le nez afin de soulager le patient. Il est aussi possible de réduire l’inflammation des polypes avec l’application de corticoïdes. Toutes ces solutions ne font que soulager les symptômes comme la cure proposée par voie orale.

Comment traite-t-on l’anosmie ?

C’est l’un des symptômes les plus connus de la polypose en état plus ou moins avancé. Ici, on est obligé de s’attaquer au symptôme au lieu du mal lui-même juste pour soulager le patient. À cette étape, le patient ne sent plus les odeurs et les goûts dans son quotidien. C’est une situation insupportable. La prise en charge de ce symptôme consiste très souvent à opter pour une intervention chirurgicale.

Selon une étude de “the European Forum for Research and Education in Allergy and Airway Diseases”, il y a une forte probabilité de récidive des polypes après l’opération. Dans un intervalle de 18 mois environ après l’opération, on constate déjà leur présence. Une deuxième opération est envisagée pour environ 20% des cas. Ce n’est pas facile pour ces patients de se faire opérer à nouveau après 3 ou 5 ans après une première opération.

La complexité des soins de la polypose nasale

Les spécialistes trouvent tous ses traitements ci-dessus inefficaces jusqu’à ce jour. Les patients n’y trouvent souvent que des soulagements temporaires. C’est ainsi parce que pendant longtemps, les soins sont orientés vers les symptômes. Les soulagements sont confondus très facilement à une guérison jusqu’à la récidive où on se rend compte qu’on n’avait traité un symptôme.

Qu’est-ce qui cause la polypose nasale ?

On serait tenté de penser que ce mal est aussi un symptôme de plusieurs autres maux. Pourtant, ce n’est pas toujours le cas puisque tout le monde peut en souffrir. L’asthme est pointé de doigt par plusieurs spécialistes. Cependant, il est remarqué chez plusieurs patients que le mal est survenu après une infection. La récurrence des infections respiratoires peut favoriser la polypose nasale. Plusieurs patients en ont fait cas après une allergie ou une sensibilité à certains médicaments. Par contre, on peut soupçonner aussi des troubles immunitaires.

La majorité des patients ne ressentent pratiquement rien dans les premiers mois. C’est d’ailleurs ce qui rend le mal complexe.

Quelques symptômes de la polypose nasale

On peut citer : l’écoulement des nez, une obstruction nasale, la perte de l’odorat et du goût, le mal de tête ; le ronflement, et parfois des douleurs dans les dents et au visage.

 

Afficher Masquer le sommaire
Accueil / Santé / Le handicap invisible, comment vivre avec la polypose nasale ?